Expositions

 

Une heure dans la rue!

Patrick Lafortune s’approprie l’espace devant chez lui en organisant presque

quotidiennement des joutes de hockey de rue. Instinctivement, après l’école, les

enfants convergent chez lui bâton à la main. Parfois, des parents se joignent à eux.

 

Je trouve cette initiative remarquable et lorsque Patrick m’a dit “Tu n’as pas le

choix de venir photographier ça” je n’ai pu hésiter.

 

Depuis maintenant 25 ans je vis de la photographie. Depuis 25 ans aussi, je

m’implique dans des projets photos extérieurs à mon travail dont celui-ci. Ce type

de prise de vue documentaires est en voie de disparition. Aujourd’hui nous

assistons davantage à des prises de vue organisées de type “mise en scène”. Nous

voyons au quotidien des images de scènes de vie qui n’en sont pas. Un processus

interventionniste représentant faussement la vraie vie. Historiquement pourtant, la

photographie documentaire était aux premières loges de l’art photographique. Il

faut simplement fouiller un peu l’histoire de la photographie pour y retrouver des

noms bien connus tels que Henri-Cartier Bresson et Robert Doisneau pour

comprendre combien ce type de prise de vues était présent et valorisé.

 

Ce travail photographique représente moins d’une heure dans le quotidien de ce

quartier. Moins d’une heure ou la joie, le surpassement, la fierté et la fraternité

occupe l’espace de la rue. Un moment qui vaut la peine d’être photographié.

– Sébastien Larose, photographe

http://sebastienlarose.com/